Le Réseau Ouest Africain des Défenseurs des Droits Humains (ROADDH/WAHRDN) est vivement préoccupé par la disparition du Directeur de la radio privée Teranga Fm, M. Alagie Sisay.

Selon nos différentes sources d’informations, le journaliste a été enlevé dans la nuit du 17 juillet, par des hommes non identifiés. Cette disparition fait suite aux précédentes menaces et arrestations dont ce dernier a fait l’objet de la part des services secrets gambiens depuis 2011.

En effet, le 13 janvier 2011, les agents de la Sécurité d’Etat ont mis à sac les locaux de la radio communautaire Teranga FM avant d’ordonner sa fermeture. A cette époque déjà, il lui aurait été reproché la diffusion de certaines informations dans les langues locales.   Puis en 2012, les agents de la NIA (l’agence nationale de renseignement), avaient ordonné la fermeture de la même radio pour avoir refusé d’arrêter la revue quotidienne de la presse gambienne.

Continue reading « Gambie : Disparition du Directeur de la radio privée Teranga FM »

« Les sièges et domiciles des défenseurs des droits de l’homme sont inviolables…… » article 6 de la loi ivoirienne sur la protection des défenseurs des droits de l’homme
Nos organisations sont vivement préoccupées par les Cambriolages ciblés des sièges de l’APDH et du MIDH survenus respectivement dans la nuit du 14 au 15 et dans la nuit du 19 au 20 Mai 2015. Les intrus auraient emporté avec eux de précieux documents et un ordinateur contenant des données confidentielles. Ces cambriolages qui interviennent à quelques mois du scrutin présidentiel, annoncé pour le mois d’octobre, inquiètent les défenseurs des droits de l’Homme qui ont encore en mémoire les douloureux événements générés par les élections de 2010.

Continue reading « Cambriolages aux sièges de l’APDH et du MIDH / Déclaration conjointe CIDDH-ROADDH-SIDH »

De janvier 2012 à nos jours, le Mali a connu deux crises au cours desquelles sa survie a été fortement ébranlée : une crise sécuritaire qui a vu l’occupation de plus des deux tiers du territoire national et un coup d’Etat qui a vu la dissolution des institutions républicaines. Ces deux crises se sont manifestées par une violation massive et grave des droits humains et ont effondré le tissu social, économique, culturel et politique. Elles ont développé une haine entre les communautés qui, jadis, coexistaient pacifiquement.

Aujourd’hui, à la faveur du retour à l’ordre constitutionnel et à la légalité républicaine suite aux élections présidentielles de juillet et août 2013 et à l’investiture du Président démocratiquement élu, les organisations de la société civile sont engagées dans l’édification d’un Etat de droit.

Pour ce faire, plusieurs organisations de droits humains se sont mises ensemble pour créer un réseau. La présente action vise à doter ce réseau d’un outil de planification . Lire en détails la charte, le projet de loi puis le plan stratégique.