Histoire

Le Niger, officiellement la République du Niger, est un pays d’Afrique de l’Ouest steppique, situé entre l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Tchad, la Libye, le Mali et le Nigeria. La capitale est Niamey. Les habitants sont des Nigériens (ceux du Nigeria sont des Nigérians). Le pays est multiethnique et constitue une terre de contact entre l’Afrique noire et l’Afrique du Nord.
Le Niger s’étend sur 1 267 000 km². Il est le plus vaste des pays de l’Afrique occidentale et se classe 6e à l’échelle continentale (après le Soudan, l’Algérie, le Congo, la Libye et le Tchad).

La fécondité y atteint un des niveaux les plus élevés au monde avec 7,46 enfants par femme. Sauf l’effet de l’émigration, la population du Niger pourrait passer à 50 millions d’habitants en 2050, contre 12,5 millions en 2006 et 2 millions en 1950. La forte croissance démographique s´explique par une société patriarcale où seuls les hommes travaillent tandis que les femmes restent au foyer, avec manque de retraites (les enfants s´occupent des parents quand ils sont vieux). Sa capitale est Niamey.

Situation des Droits de l’Homme

La dégradation de la situation des droits de l’homme ces derniers temps inquiète les défenseurs des droits de l’homme. Arrestations et détentions arbitraires, harcèlement judiciaire, répression violente des manifestations de l’opposition, violations des libertés fondamentales caractérisent désormais le régime en place au Niger depuis le référendum constitutionnel du 4 août 2009.

Le président Mamadou Tandja a réussi son coup de force lors du référendum constitutionnel décrété illégal par la Cour constitutionnelle et contesté dans tout le pays. Ce référendum vise à autoriser la modification de la constitution nigérienne. Les deux grands changements qu’il engendrera sont la non limitation du nombre de mandats présidentiels et le passage d’un régime semi-présidentiel à un régime présidentiel. Mamadou Tandja pourra ainsi se présenter de nouveau aux élections de décembre 2009. La tenue du référendum a été précédée et suivie de grandes manifestations et contestations. Le résultat de ce référendum risque de brider le processus démocratique entamé au Niger depuis une dizaine d’années.