Du 29 Mars au 1er Avril 2017, s’est tenu à Cotonou le 2eme colloque international sur la situation des défenseurs des droits de l’homme. Organisé par la Commission Africaine des Droits de l’homme et des Peuples et son mécanisme de Rapporteur Spécial sur les Défenseurs des Droits de l’Homme, l’activité a été devancée par un pré-colloque les 27 et 28 Mars.
Cette rencontre d’envergure internationale a permis de partager et de répertorier un certain nombre de bonnes pratiques en matière de promotion et de protection des défenseurs des droits de l’homme. Elle a été l’occasion de faire un point synoptique sur les problématiques de la liberté d’association et de réunion, son cadre juridico-institutionnel, son respect et surtout son exercice, la situation des femmes défenseures des droits de l’homme, la question des droits de l’homme en rapport avec la gestion du terrorisme, la garantie des droits humains dans le contexte du VIH/SIDA et l’accès aux services de prévention et de prise en charge des populations-clés, les droits civils, politiques, économiques et sociaux, et les systèmes de promotion et de protection des droits de l’homme.

Cette réédition dénommée Joburg +18 intervient 18 ans après le premier qui a jeté la base de la mise en œuvre du Mécanisme de la Rapporteur Spécial sur les Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique. Elle vise à insuffler une amélioration effective à la situation des Défenseurs des Droits de l’Homme afin d’encourager ces derniers dans leur travail.

Cette initiative est décrite comme étant le fruit d’une collaboration agissante entre le mécanisme de la Rapporteur Spéciale, les réseaux africains des défenseurs des droits de l’homme et plusieurs partenaires au cours des années passées, et qui au vu des défis et enjeux actuels, ont trouvé juste de célébrer cette tradition.

Il s’est donc agit de Renforcer la protection des défenseurs des droits de l’homme en Afrique 10 ans après la mise en place du mécanisme du Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l’homme en Afrique en procédant au bilan de la promotion et de la protection des défenseurs des droits de l’homme sur le continent d’une part, d’autre part en développant des stratégies nouvelles et des synergies adaptées aux besoins actuels de protection des défenseurs des droits de l’homme sur le continent, avec un accent particulier sur les enjeux et défis actuels liés à la situation des femmes défenseurs, aux questions de liberté d’association et de réunion,, droits humains et terrorisme et protection des populations vulnérables.